Découvrez ma deuxième vidéo de la catégorie « Positivons ! », qui parle de la gestion et l’acceptation de l’échec.
Un concentré de petits conseils pour mieux accepter et mieux vivre toute situation d’échec dans votre vie.

 

 

Retranscription:

 

Je vais vous parler de l’échec ou, du moins, comment accepter, apprivoiser, considérer, voire même apprécier l’échec. Il est vrai que dans nos vies de tous les jours, nous avons la grande tendance à considérer l’échec comme une catastrophe ou une fin. Or, souvent, c’est tout le contraire. L’échec n’est pas une fin, mais en réalité le commencement d’un chemin qui mène vers la réussite. Explications…Mon opinion est que la vie (ou l’univers) répond toujours d’une façon ou d’une autre à ce que nous voulons vraiment. En clair, vous avez une demande, quelque chose qui vous tient à coeur, un objectif, un rêve. Si c’est vraiment un but que vous désirez au plus profond de vous-même, que vous ressentez avec vos tripes et non seulement une pensée passagère, l’univers mettra alors tout en oeuvre ou les choses se mettront en place pour que vous atteigniez cet objectif ou alors, on vous fera comprendre d’une façon ou d’une autre que ce n’est pas encore le moment ou que cet objectif n’est pas fait pour vous, qu’au final vous n’avez aucun intérêt à avoir cet objectif dans votre vie et d’autres chemins à suivre vous seront présentés.

Je vous assure, croyez-moi, la vie est bien mieux faite ou plus logique qu’on ne le pense parfois. N’avez-vous jamais eu l’impression que, parfois, les choses tombent de manière incroyable au bon moment et souvent quand on ne s’y attend pas ? La vie est parfois très bien faite aussi, si l’on garde confiance en elle.

En clair, si vous avez un but précis et que vous vous lancez dans les démarches pour y arriver, vous pourriez faire face à des obstacles. Néanmoins, il faut bien savoir que les échecs et difficultés que vous allez rencontrer sur votre passage ne sont pas présents rien que pour vous embêter, mais bien pour vous préparer, pour vous faire progresser, pour vous faire réfléchir, vous remettre en question et évoluer suffisamment pour atteindre le niveau nécessaire afin de pouvoir accueillir ce but dans votre existence. Pour certains, cela fonctionnera plus rapidement car ils sont déjà prêts, alors que pour d’autres, il faudra encore un peu plus de temps. La patience est donc essentielle dans ce cas-là.

Il est très important de comprendre cela car on se rend vraiment compte que l’échec n’est pas une tare, mais une bénédiction. Alors évidemment, soyons clairs: ce n’est jamais agréable de perdre, d’échouer, de tomber. Cela peut nous faire beaucoup de mal sur le moment-même, mais c’est alors là, à ce moment-là, après avoir peut-être versé quelques larmes, juste après que l’orage intérieur se soit calmé, qu’il faut prendre le recul nécessaire et réfléchir à ce qui s’est passé.

Ne faites surtout pas l’erreur de dire « j’abandonne » et de tout lâcher si vous êtes un peu impulsif, mais posez-vous les bonnes questions en analysant l’échec depuis le départ: que s’est-il passé ? Pourquoi cela a échoué ? Qu’aurais-je pu faire mieux ? Quelles précautions supplémentaires aurais-je pu (dû) prendre ? Ai-je fait tout ce que je pouvais pour y arriver ? Qu’est-ce que cette expérience, cet échec m’apprend ? Si c’était à refaire, que ferais-je différemment ?

Si vous faites cet effort-là, dans un but d’évolution, alors vous avez tout compris et tout gagné. Quand cette analyse est ensuite bien faite – et prenez le temps de la faire -, je vous conseille vivement, à un certain moment, de mettre de côté cet échec, dans un tiroir de votre cerveau que vous fermez à clé mais en tout en gardant les leçons à retenir et de vous dire que c’était une expérience vécue, qui a été nécessaire pour vous, qui vous a permis d’encore grandir et que vous désirez vous servir de tout ce que vous avez appris de cet échec pour soit continuer la route vers cet objectif, soit vous tourner vers autre chose si l’expérience vous a fait comprendre qu’il valait mieux changer de cap.

Vous savez, combien de grands chanteurs ou de grands animateurs ont été recalés dans des castings avant de faire une grande carrière ? Combien de grands footballeurs millionaires aujourd’hui ont entendu dans leur jeunesse qu’ils n’étaient pas fait pour le sport professionnel ou qu’ils étaient un peu limités ? Combien de grands chefs d’entreprise ont vécu une faillite ou ont simplement travaillé dans un domaine qui ne leur convenait pas forcément avant de réussir ?

Si tous ces gens avaient tout abandonné, s’ils avaient considéré leurs échecs comme des fatalités, des voies sans issue, quel gâchis cela aurait été !
Vous savez donc ce qu’il vous reste à faire: croyez toujours en vous, battez-vous, soyez courageux et acceptez tous les signes que la vie vous montre, même s’ils sont parfois difficiles à supporter sur le moment-même. Utilisez-les pour mieux comprendre qui vous êtes, ce que vous voulez et ce pour quoi vous êtes réellement faits. Vous allez apprendre des tas de choses sur vous. Si vous avez conscience de cela et avez un esprit de gagnant, alors vous finirez par avoir d’excellentes surprises, croyez-moi. Ne lâchez rien et pensez qu’un raté rime aussi avec opportunité. Vraiment.

Une autre mauvaise perception de l’échec, c’est de considérer que le monde s’écroule, que tout est fini parce qu’on échoue dans ce que l’on fait actuellement. Or, les amis, il n’y a pas mort d’homme. Votre vie ne se termine pas là à cause de cet échec. A moins que vous ne soyez cascadeur et que votre objectif soit de gravir le Mont Everest en solitaire ou que vous exerciez un métier un risque, il n’y a pas de danger de mort. Il faut relativiser les choses. Vous avez échoué ? C’est sans doute parce que cela devait se passer ainsi. Alors, ne faites pas de bêtise mais changez-vous les idées, rencontrez du monde, parlez-en, faites partager, n’ayez pas peur de vous faire aider et ensuite, quand c’est passé, reprenez-vous et travaillez sur d’autres opportunités qui peuvent vous permettre de réussir ou profitez-en pour changer de cap car la vie peut vous mener vers plein de chemins différents, tant il y a de belles choses à découvrir et essayer.

Je pense, par exemple, à l’énorme désarroi des étudiants lorsqu’une année scolaire se solde sur un échec, ou encore à un artiste qui n’est pas sélectionné dans le cadre d’un concours ou encore à une personne pour qui l’entretien d’embauche qui n’a rien donné. Certains ont tendance à penser: « je suis nul, je ne suis pas assez intelligent, je ne sers à rien, je ne suis bon à rien ». Ne pensez jamais cela. C’est totalement faux. Vous avez seulement été jugés sur vos aptitudes ou votre travail réalisé dans un cadre bien précis, selon certaines circonstances et dans l’état actuel des choses. Cela n’a aucun rapport avec ce que vous êtes réellement. Comme absolument tout le monde sur cette terre, vous êtes capables de plein de choses et vous trouverez ce qu’il vous faut au bon moment. Ne vous inquiétez surtout pas pour cela.

Encore un autre fléau lié à l’échec, c’est la peur du regard des autres. Je parle en connaissance de cause car c’est quelque chose qui m’a beaucoup freiné et ce dans de nombreux domaines. Or, c’est une énorme bêtise, mais beaucoup d’entre nous tombent dans ce piège car la vie moderne est ainsi faite, avec la prépondérance de l’apparence, du résultat à obtenir tout de suite, du jugement hâtif sans vraiment connaitre la personne. Il est donc tout à fait normal de penser à cela, je vous rassure. Je vais toutefois vous poser une question…
Qui est le vrai gagnant parmi les deux personnes suivantes: la première qui a osé quelque chose, qui a tenté l’inconnu, qui a essayé d’avancer et qui s’est royalement plantée, mais pour qui l’expérience et l’échec lui ont appris plein de choses qu’elle ignorait, ou la deuxième personne qui, elle, est restée les bras croisés et qui se moque de la chute de la première personne ? Poser la question, c’ est y répondre. Celui qui ne fait rien ne fera jamais d’erreur. Chacun sa façon de vivre sa vie. Si vous savez ce que voulez, foncez, et vous verrez bien…

Pour bien illustrer encore cette vidéo sur la considération de l’échec, je tiens à vous partager deux très belles citations du grand basketteur Michaël Jordan. Tout d’abord, il dit ceci:
« Je peux accepter l’échec, tout le monde peut échouer, mais je n’accepterai jamais de ne pas avoir essayé ». Et là est toute l’importance. Osez, essayez, expérimentez. A partir du moment où l’échec ne vous fait plus peur, et il n’y a aucune raison à ce qu’il vous fasse peur, il n’y plus qu’à vous lancer, à tenter des choses. Le premier pas est souvent le plus difficile, mais, comme on dit: quand le train est lancé, il est lancé. Et après, advienne que pourra.

Je terminerai avec cette deuxième citation, que je trouve fabuleuse, toujours de Michaël Jordan: « J’ai raté plus de 9000 tirs dans ma carrière. J’ai perdu presque 300 matchs. 26 fois, on m’a fait confiance pour le tir de la victoire et je l’ai raté. J’ai échoué encore, encore et encore dans ma vie. Et c’est pourquoi j’ai réussi. » Là, je crois que tout est dit !

Récapitulons les principes de ce jour: ne laissez jamais l’échec vous détruire mais utilisez-le pour vous construire. Ne dramatisez jamais quelque chose que vous avez raté: c’est parce que cela devait se passer ainsi. Croyez toujours en vous, peu importe ce que les autres disent et pensent de vous. Ne lâchez rien et considérez que chaque obstacle est une nécessité pour atteindre votre réussite.

Thom Reo